33 09 86 57 85 33

MONTMARTRE – 18E ARR. PARIS

5 rue Caulaincourt, 18e arr., 75018 Paris, France (0)
à partir de 33
  • monuments historiques
  • Accès pour handicapés
  • Animaux autorisés
  • Groupes autorisés
  • Guide audio
  • Guides touristiques

Description

Paris : 18e arrondissement – se loger proche du Musée de Montmartre :

Villa-Montmartre

Villa-Montmartre

Réservez votre logement, un hôtel, un appartement, une chambre d’hôtes, une maison d’hôtes et bien plus dans le 18e arrondissement proche du Musée de Montmartre; en vous promenant vous découvrirez les lieux où ont habité de grands artistes français et internationaux, les petites ruelles fleuries de la butte, ….

MONTMARTRE ET MONCEAU

La colline mythique

Montmartre est une Ville dans la Ville au caractère unique, Malgré les foules de touristes, cette butte dominant Paris est toujours entourée d’une aura d’authenticité.
La butte de Montmartre, qui s’élève à 130 m, est le point culminant de Paris. Tout commença avec les cabarets et les maisons closes qui, pendant la 2e moitié du X19e s., attiraient des artistes et des écrivains avides d’aventures. Une centaine d’années plus tôt déjà, sur les 50 maisons de la rue des Martyrs — l’une des principales rues de Montmartre de l’époque, la moitié abritait des bars.
En plus des logements bon marché, la bohème était séduite par le charme de ce lieu sans prétention. Parmi les premiers artistes à s’y installer, on compte Auguste Renoir et Edgar Degas. Vincent van Gogh demeura dans la rue Lepic escarpée (au n° 54), aujourd’hui l’artère la plus importante du quartier. A l’époque, les pentes de la butte étaient couvertes de moulins à vent où l’on broyait du grain et du gypse.
Seuls deux d’entre eux ont subsisté : le Radet et le moulin de la Galette, situés rue Girardon. Le second organisait au X1Xe s. des soirées dansantes, immortalisées dans les tableaux de nombreux artistes.
L’un des plus célèbres, Le Bal du moulin de la Galette d’Auguste Renoir, est exposé aujourd’hui au musée d’Orsay 97).

Les artistes choisirent pour siège principal l’immeuble en brique et en bois situé pl. Émile Goudeau, connu sous le nom de Bateau-Lavoir, parce que son aspect faisait penser aux embarcations de ce type qui naviguaient à l’époque la Seine. En 1907, à la lumière des chandelles, Pablo Picasso y peignit Les Demoiselles d’Avignon — le tableau qui donna naissance au cubisme. Parmi les artistes qui fréquentèrent ce lieu, il faut encore citer les peintres Georges Braque et Ame- deo Modigliani, et les poètes Max Jacob et Guillaume Apollinaire. Aujourd’hui, le bâtiment abrite encore 15 ateliers (la maison originale brûla en 1970, juste après avoir été déclarée monument historique).
L’un des principaux lieux de rencontre de la bohème fut le Lapin Agile, caché derrière un acacia (22, rue des Saules). C’est aujourd’hui le cabaret littéraire le plus ancien à Paris, où la musique se mélange à la poésie et à l’humour. L’auteur de la célèbre enseigne représentant un lapin s’échappant d’une casserole, qui donna son nom à l’établissement, est André Gill (d’où le jeu de mots, le « lapin à Gilles », devenu avec le temps le « lapin agile »). Un autre cabaret qui résista à l’épreuve du temps est le Moulin Rouge. Il doit sa renommée notamment aux affiches d’Henri de Toulouse-Lautrec, qui peignait volontiers ses danseuses. La plus célèbre d’entre elles, Louise Weber, surnommée « La Goulue », repose dans le cimetière de Montmartre situé proximité.

Avec le temps, Montmartre fut victime de sa propre légende. Ce village intégré à Paris en 1860, étant devenu à la mode, vit les prix de son immobilier augmenter ; en 1914, la bohème s’installa à Montparnasse.
Les alentours de la pl. Pigalle jouissent toujours d’une mauvaise réputation de lieu de débauche. IIS sont remplis de sex-shops, de clubs de strip-tease et de boutiques proposant de la lingerie en latex. Bien que la place ait été nommée en l’honneur du sculpteur français du XV111e s. Jean- Baptiste Pigalle, les soldats américains, après la libération de Paris en 1944, la surnommèrent la « Pig Alley » (« allée des cochons »). Actuellement, sa réputation change peu à peu, de nouveaux bars et clubs élégants apparaissent, qui proposent des divertissements sans connotation érotique. Il n’est toutefois pas surprenant d’y trouver le musée de l’Érotisme.
Montmartre est le point culminant (130 m d’altitude) de Paris. Il fut nommé mont des Martyrs au V111 s., en l’ honneur de saint Denis, le premier évêque de Paris. Selon la légende, au Ille s., Denis, décapité par les Romains, aurait marché vers le nord, sa tête sous le bras. Il l’aurait lavée dans la fontaine de la place Suzanne Buisson, où se dresse aujourd’hui la statue du saint. Sur le lieu de son exécution (9, rue Yvonne le Tac), se trouve la chapelle du XXe s. dédiée à ce martyr. C’est ici qu’en 1534 Ignace de Loyola fonda la Compagnie de Jésus. Depuis le X11e s., il y avait une abbaye bénédictine de moniales sur la colline. Elle fut détruite pendant la Révolution, et sa prieure décapitée. Le seul vestige de cette communauté est l’église romane de Saint-Pierre de Montmartre. Bien qu’elle soit, après Saint-Germain- des-Prés 95), la plus ancienne église de Paris, en raison de la proximité de la basilique du Sacré-Cœur, presque personne ne la fréquente.
Sur la pl. des Abbesses, on érigea le premier édifice religieux moderne de la capitale. Il s’agit de l’église Saint-Jean de Montmartre, de style Art nouveau, également appelée Saint-Jean de Briques, car on utilisa des briques et du béton pour sa construction, qui dura de 1894 à 1904.
Depuis cette place ombragée de platanes et pleine de petits restaurants, une entrée de métro imaginée par Hector Guimard mène aux quais de la station de métro la plus profonde de Paris (Abbesses, située 30 m sous terre). En face, dans le square Jehan Rictus, sur le mur recouvert de carreaux émaillés, on écrivit «Je t’aime » en 280 langues – d’où le nom du site : le Mur des je t’aime.
Le bord oriental de la colline avoisine le quartier coloré et exotique de la Goutte d’Or. Des stands et des boutiques remplis de sacs de manioc, de poissons séchés, de couscous ou de dattes côtoient des abattoirs musulmans et des petits magasins qui vendent des costumes africains et indiens. C’est une tour de Babel parisienne, où se rencontrent 56 nations différentes. Cette zone est également l’une des plus pauvres de Paris, où le commerce de la drogue et la prostitution fleurissent.
On y trouve l’une des plus grandes gares du monde, la gare du Nord du X1Xe s., qui accueille 180 millions de passagers chaque année.
A l’ouest, Montmartre jouxte le quartier calme et de plus en plus branché de Batignolles (voir : Le square des Batignolles. Celui-ci avoisine l’une des parties les plus chics de Paris : Monceau. Son centre est constitué d’un parc datant du Second Empire (voir :
Le parc Monceau, qui n’a pas beaucoup changé depuis l’époque de Marcel Proust. Des hôtels particuliers témoignent de la richesse de la bourgeoisie parisienne d’alors, comme celui qui abrite aujourd’hui le remarquable musée d’art italien Jacquemart-André.

Idées visite

Le Mur des je t’aime

Si vous êtes de passage en amoureux à Paris et que vous vous promenez à Montmartre, n’oubliez pas de faire un crochet vers le « mur des je t’aime » pour déclarer de manière insolite votre flamme à l’élu(e) de votre cœur !

Balade

Il est préférable de découvrir Mont- martre à Pied, en se promenant dans l’entrelac de ses rues étroites. Nous y trouverons des places ombragées, de belles vues du haut de l’escalier, des cours qui se noient dans la verdure. Pour connaitre la vie des riverains, il suffit de s’écarter des routes touristiques. Par exemple, la rue Saint-Rustique, 10 plus ancienne de Montmartre, est souvent déserte, tandis qu’il est Presque impossible de parcourir la très fréquentée rue Norvins. Les fans du film « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain » devraient aller dans la rue Androuet où se trouve l’épicerie de Monsieur Collignon. Le personnage d’Amélie travailla dans le Café des Deux Moulins situé rue Lepic. Les amateurs de Salvador Dali devraient visiter l’Espace Montmartre — Salvador Dali ( I I , rue Poulbot), le seul musée consacré à l’œuvre de cet artiste en France. Pour apprécier le charme de la pl. du Tertre, il est préférable de s’y rendre avant 10h du matin, avant l’arrivée des touristes ; la basilique du Sacré-Cœur en est toujours pleine. Une promenade dans le cimetière de Montmartre nous prendra plus d’une heure. Pour le musée de Montmartre, il faut compter environ 30 min, un peu plus pour le musée de l’Érotisme : le musée Cernuschi demandera env. lh30. Le musée Jacquemart-André est pour les amateurs de peinture italienne qui n’ont pas le temps de visiter le Louvre ou qui préfèrent une ambiance plus intime. Pour le musée Jacquemart-André prévoyons au moins 2 heures.

À Voir et Visiter :

  • Basilique du sacré-Cœur
  • Église Saint-Jean de Montmartre
  • Musée de Montmartre
  • Musée Dali
  • Musée de l’Érotisme

  • Le Mur des je t’aime
  • La fontaine miraculeuse de Montmartre
  • La Mairie du 18e arrondissement
  • Les endroits insolites de Montmartre

Reviews

Leave a review
0 Reviews
  • Position
  • Guide
  • Prix
  • Qualité